ODI Logo ODI

Trending

What we do

Search

Newsletter

Follow ODI

L’exploitation forestière artisanale des forêts communautaires au Cameroun: vers des compromis écologiquement plus durables et socialement plus accept

Research reports

Testée depuis maintenant 5 années au Cameroun, la foresterie communautaire s’installe en milieu forestier contre toute attente au regard des difficultés auxquelles les communautés villageoises doivent faire face lors du long chemin qui conduit à une attribution. L’accès à la ressource forestière se réduisant, la moindre parcelle de forêt devient un enjeux majeur pour une large gamme d’acteurs. L’économie forestière doit faire face à différents challenges dont le principal est de programmer une exploitations sans détruire irrémédiablement la ressource. La conciliation d’enjeux sociaux, économiques et écologiques est au centre des débâts dans les discussions actuelles sur la gestion durable des ressources forestières. A ce propos, il apparaît de plus en plus que l’exploitation artisanale des forêts communautaires, avec l’exploitation en régie, pourrait représenter une alternatives sérieuse aux solutions par trop classiques et qui ont montré leur limites (ventes de coupes, récupérations, etc…). Les bénéfices comparées sont en effet nettement en faveur de la valorisation artisanale de la foresterie communautaire. Cette situation n’a d’ailleurs pas échappé à bon nombre d’entrepreneurs du secteur informel qui ont développé le sciage de long, de façon quasi industrielle. La rareté de la ressource ligneuse et les réactions incontrolées que cela peut succiter avec le développement de l’exploitation forestière illégale représente une menace sérieuse pour l’avenir de la foresterie communautaire. Leur exploitation artisanale laisse pourtant entrevoir des possibilités de développement sans précédent comme le montre l’engouement d’une multitude d’acteurs pour le sciage de long. L’exploitation artisanale est donc une opportunité sérieuse qui doit être soutenu tout comme l’action des communautés forestières.  

Ph. Auzel, W. Delvingt, R. Feteké, G. M. Nguenang