ODI Logo ODI

Trending:

Trending

What we do

Search

Newsletter

Sign up to our newsletter.

Follow ODI

Principes et pratique de cogestion forestiere: temoignages d'Afrique de l'oues

Research reports

Le principe de cogestion – l’engagement aussi bien des communautés locales que de l’Etat dans la gestion forestière – est devenu un élément majeur de la plupart des programmes internationaux de développement du secteur forestier dans les pays tropicaux et une caractéristique importante des politiques et pratiques forestières dans le monde. Les arguments en faveur de l’engagement des communautés sont nombreux et convaincants, depuis les aspects positifs de la participation locale (en termes de capacité indigène et de proximité des ressources), jusqu’aux aspects négatifs des autres solutions (l’inefficacité des systèmes actuels de gestion uniquement industrielle et le besoin d’améliorer la discipline dans ce
secteur).
Le principal objectif de l’aide au développement de la foresterie ces vingt dernières années a été de placer la participation fermement au centre de la gestion des forêts tropicales et cela fut fait dans une très large mesure. Toutefois, on se demande maintenant de plus en plus si cette méthode se justifie du point de vue de l’impact probable à la fois sur les conditions d’existence des plus démunis et sur la conservation des ressources forestières. Le présent document s’intéresse à certaines des difficultés que ce mouvement rencontre actuellement et cherche des pistes de travail pour améliorer l’efficacité des interventions d’aide au développement.

A partir d’études de cas réalisées dans des zones de haute futaie au Ghana et au Cameroun, ce document passe en revue les ambiguïtés du modèle classique de cogestion forestière et les difficultés rencontrées dès que l’on cherche à appliquer ce modèle à des contextes nationaux spécifiques.

David Brown